Chronique Le Journal fictif d'Adolf Hitler de Haris Vlavianos

D’Hitler, on connaît la folie meurtrière absolue et inhumaine, les discours enflammés devant des foules fascinées, la fin dans son bunker… Mais on sait peu de choses de son incarcération à la prison de Landsberg en 1923 et 1924 après le putsch manqué de la brasserie de Munich. Haris Vlavianos prête ses mots au dictateur en devenir pour un journal fictif de cette période. Ce qui marque dans ce récit, outre des conditions de détention favorables, c’est véritablement le processus de construction de l’idéologie et du personnage, l’idéologie se radicalisant en même temps que l’image se lisse pour accéder au pouvoir par la voie démocratique. L’auteur interroge ainsi les influences de ce qui va devenir Mein Kampf et de celui qui programmera bientôt la conquête du Lebensraum et la Solution finale. Un texte troublant de réalisme, très dérangeant mais intéressant car il ne cherche pas à épouvanter mais à décrypter la mécanique d'une personnalité et d'une pensée.

 

Marie Michaud Librairie Gibert Joseph (Poitiers)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@