Chronique Bien-aimé Tchebychev de Caroline Renédebon

Tout part d’un agenda datant de l’année 1946 trouvé dans une vieille boîte à chaussures. À partir de là, le temps s’écoule au gré des années qui défilent, jusqu’à nos jours, jusqu’à une nouvelle vie. L’agenda appartient à Armande Daguer, fille de grands bourgeois, à peine émancipée des volontés d’une mère tyrannique et épouse d’un médecin un peu falot fasciné par le théorème mathématique de Bienaymé-Tchébychev. Elle-même est médecin, mais ses devoirs d’épouse et de mère l’empêchent d’exercer son métier. Autour d’elle gravitent ses deux enfants, Claude et Florence, Gilda la « bonamie » d’Armande, et Anabella, la maîtresse du docteur… Les années passent, mais chacun s’enferme, se replie, s’évade hors de cette famille sans bonheur et peut-être sans amour. En 1961, le docteur achète une vieille maison en pierre dans le Cotentin. Caprice ou rêve d’une autre vie, le bonheur ne se niche en tout cas pas davantage au bord de la mer… ou peut-être que si, à condition de faire table rase du passé. Ce premier roman de Caroline Renédebon est une merveille de construction et d’analyse des sentiments.

Marie Michaud Librairie Gibert Joseph (Poitiers)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@