Chronique Le Bonheur national brut de François Roux

Mai 1981 : Rodolphe, Paul, Tanguy et Benoît s’apprêtent à plonger dans l’âge adulte et dans un monde nouveau symbolisé par l’élection de François Mitterrand. Entre la Bretagne et Paris, le roman s’intéresse au parcours de chacun de ces quatre amis aux caractères et aux ambitions très différents, à leurs tentatives pour apprivoiser un monde – des mondes, celui de la politique, de l’entreprise ou du théâtre – où ils essaient de trouver leur place, mesurant de loin en loin, lors de fugitives retrouvailles, ce qui les sépare et ce qui les unit malgré tout. On les retrouve en 2009, quinquagénaires donc, parvenus ou non à atteindre leurs objectifs mais traînant tous un malaise plus ou moins profond à l’égard de leurs rêves de jeunesse. Ne vous laissez pas impressionner par les presque 700 pages de ce roman, car on est happé dès les premiers instants par l’histoire des quatre garçons, auxquels on s’attache même quand ils paraissent peu sympathiques au premier abord. On tourne avidement les pages pour savoir comment ils affronteront les défis de leurs vies. François Roux réussit à faire de ce roman initiatique autour d’une génération, un véritable roman de société.

MARIE MICHAUD, Librairie Gibert Joseph, Poitiers

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@