Chronique La Survivance de Claudie Hunzinger

Loin du fantasme du retour à la nature, La Survivance témoigne d’une inquiétude sur la fin d’un monde, mais affirme aussi un espoir irréductible dans le pouvoir des livres et la résistance des hommes.

Acculés à la faillite, Sils et Jenny, couple de libraires d’une soixantaine d’années, sont contraints de fermer la librairie de livres anciens qu’ils ont fait vivre pendant des années et de quitter leur maison. En quête d’un endroit où s’installer avec leurs animaux, ils se souviennent qu’à 20 ans, ils ont acquis La Survivance, maison aujourd’hui en ruine dans les Vosges. Malgré la précarité de ce nouveau domicile, ils en font leur refuge et celui de leurs livres, luttant, l’hiver venu, pour affronter des conditions difficiles. Reste, à ces amoureux de la liberté et de la vie, la joie simple d’être côte à côte, encore, au bout de tant d’années. Restent aussi les livres, qui leur apportent « le sens de l’insurrection » et leur « ouvr[ent] la dimension du rêve ». Malgré les doutes, les difficultés du quotidien et la mort qui rôde, ils s’attachent à des bonheurs élémentaires comme l’observation d’une horde de cerfs ou la fabrication de couleurs dans l’esprit du retable de Grünewald. Dans ce nouveau roman, Claudie Hunzinger évoque la liberté, l’amour et le pouvoir des livres, la richesse et la rudesse de la nature et du monde animal. À l’image de ceux des personnages, les sentiments sont ici retenus et les émotions se nichent derrière les mots.

Par Marie Michaud Librairie Librairie Gibert Joseph (Poitiers)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@