Chronique Jazz à l'âme de William Melvin Kelley

Pour être au cœur battant de la vie de Ludlow Washington, le personnage du deuxième roman de William Melvin Kelley, il faudrait fermer les yeux et écouter du jazz. Mais difficile de lire les yeux fermés, alors laissez-les courir sur les lignes de ce court roman et fermez-les ensuite pour en savourer la tendre et cruelle profondeur. Ludlow a 5 ans quand son père l’abandonne dans un institut pour aveugles noirs où l’indifférence et la violence sont la norme mais où on lui apprend la musique. Doué pour son instrument, il devient rapidement musicien professionnel dans un groupe de jazz. Au fil des rencontres musicales et des relations amoureuses, Ludlow apprend, expérimente, se perfectionne et surtout, par-delà les hauts et les bas de sa vie, il joue, quoi qu’il arrive. Ainsi, Ludlow ne sera jamais vraiment noir ou aveugle, il sera musicien. Moins politique qu’Un autre tambour (Delcourt et 10/18), Jazz à l’âme n’en est pas moins émouvant dans son approche d’une époque et d’un destin singulier.

Marie Michaud Librairie Gibert Joseph (Poitiers)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@