Chronique Made in China de Jean-Philippe Toussaint

Quatre ans après la parution du dernier volume du « Cycle de Marie », Nue, Jean-Philippe Toussaint choisit de nous plonger au cœur du processus créatif – cinématographique autant que littéraire – avec Made in China.

Pas besoin de visa pour voyager en Chine avec Jean-Philippe Toussaint. Dès les premières pages, vous êtes au cœur de ce « monde en train de se transformer ». Odeurs, bruits et même comité d’accueil en la personne de Chen Tong, l’éditeur chinois de l’auteur, à la fois libraire, artiste et professeur et, pour l’occasion, producteur du film The Honey Dress, adapté du prologue de Nue et mettant en scène une jeune mannequin « vêtue » d’une robe en miel. Car, après Chen Tong, c’est l’autre sujet de Made in China : le journal du tournage de ce film avec toutes ses péripéties, ses atermoiements et ses surprises. Mais, au hasard des événements et des réflexions qu’ils suscitent, ce livre – qui n’est ni vraiment un roman, ni vraiment un récit – revêt les atours de l’essai. Et d’évoquer alors le véritable sujet du livre : « la disponibilité au hasard que requiert toute création artistique », autrement dit la capacité du créateur à « attraper le “qui” qui passe ». Outre les interactions entre passé et présent et entre réalité et fiction, l’auteur évoque « les noces vénéneuses entre [son] livre et le présent du monde », c’est-à-dire l’apparition incessante d’éléments de nature aléatoire, susceptibles d’intervenir d’une manière tout aussi aléatoire dans l’écriture. Dans Made in China, l’« évocation de ces journées […] si pauvres d’un point de vue romanesque » – quoique – rappelle que le projet littéraire de Jean-Philippe Toussaint est toujours centré sur l’infinitésimal et que « moins les sujets sont intéressants, plus les textes demandent de travail (car, en l’absence de sujet, seule l’écriture les soutient) ». Il démontre une nouvelle fois que l’autobiographie est un « leurre », que le véritable dévoilement de soi se fait dans l’écriture, le style, le travail de la langue et les choix devant les propositions du hasard.

Marie Michaud Librairie Gibert Joseph (Poitiers)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@