Chronique Le Tombeau d’Apollinaire de Xavier-Marie Bonnot

NULL

« J’ai un jeu de bougies que j’allume dans une boîte à confiture percée d’une dizaine de trous. Ça me réchauffe et me charme. Une vraie fantasmagorie de petites lueurs qui dansent dans ce caveau. » Hiver 1915. C’est dans l’enfer des tranchées que le sergent Moreau s’émerveille de cet instant suspendu tandis que l’horreur est partout. Là aussi qu’il rencontre son nouveau chef, un drôle d’aristo étranger qui a du mal à s’imposer parmi ses hommes qui ne connaissent que trop bien le feu des premières lignes. Peu à peu, l’officier se dévoile à Moreau, lui parlant de ses amis peintres à Paris, de l’énigmatique Lou à qui il écrit des poèmes, lui révélant son nom de plume : Guillaume Apollinaire. Mais la guerre n’a que faire des poètes et fait aveuglément couler le sang. Blessés et évacués le même jour, Moreau et Apollinaire finiront par retrouver la vie et les lumières de Montparnasse. Un éveil pour l’un, les derniers jours de l’autre. Un roman en forme d’hymne à la vie, à l’art et à l’amitié.

Marie Michaud Librairie Gibert Joseph (Poitiers)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@