Entretien Confiteor de Jaume Cabré

Confiteor est une œuvre impressionnante dans laquelle Jaume Cabré, revêtant la panoplie de la Parque, s’amuse à entremêler avec maestria les fils du Destin et de l’Histoire, de l’individu et du monde, au travers de la terrible confession d’un homme qui sent venir la fin. Confession doublée d’une majestueuse adresse à l’être aimé.

Adria Ardevol est un homme vieillissant, un homme aux multiples facettes, un homme génial, en tout cas surdoué. Adria Ardevol s’est illustré dans bien des domaines, notamment celui des langues, mais, au crépuscule de sa vie, il tire d’amères conclusions sur celle-ci, revenant sur les nombreux événements qui l’ont jalonnée, de son amour éperdu pour Sara aux rapports plus qu’ambigus avec son vieux compagnon, un exceptionnel violon de collection. Pour mettre cette vie en scène, Jaume Cabré déploie un formidable talent de conteur, imbriquant jusqu’au vertige les narrations et les époques, ce qui requiert la présence entière de son lecteur, présence qui se verra récompensée page après page, au fur et à mesure de la progression du texte et des différents thèmes abordés, par de bouleversantes révélations et une démonstration de force du talent de son auteur. Murmurons, par peur d’effrayer : chef-d’œuvre ?

 

Page — Pouvez-vous nous présenter Adria Ardevol ?
Jaume Cabré — Il est difficile de définir un personnage avec lequel on a partagé huit ans de sa vie. Du fait de cette longue coexistence, j'ai compris qu’il se produisait avec un personnage de fiction exactement le même genre de phénomène qu’avec des personnes réelles : alors que l’on pense tout connaître de lui, des facettes inédites de sa personnalité surgissent sans cesse. En guise de réponse provisoire, je peux dire d’Adria qu’il est un homme intelligent, un savant polyglotte, un curieux assoiffé de connaissances. Il étudie et travaille comme historien des idées et, en même temps, est un violoniste amateur de très bon niveau. Autant de qualités qu’il a su développer malgré des parents qui l’ont incité à croire que naître dans cette famille avait été une erreur impardonnable. Pour mieux le connaître, je conseille de lire le roman…

 

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE CET ENTRETIEN EN PAGE 108 DU N° 162 DE VOTRE REVUE PAGE DES LIBRAIRES

 

Stanislas Rigot Librairie Lamartine (Paris 16e)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@