Chronique Une nuit sur la mer de Patricia MacDonald

Une nuit sur la mer est un roman policier doublé d’un bouleversant portrait de femme dans la tourmente.

Pour préparer le cocktail MacDonald du genre noir et corsé, il vous faudra :
– prendre une femme que la vie n’a pas épargnée, mais qui a retiré des épreuves traversées une grande ténacité et une profonde humanité (la dégraisser de tout cliché héroïque et autres superpouvoirs, ne laissez que le F majuscule à Femme).
– la plonger dans une histoire tortueuse à souhait, qui fera d’une croisière idyllique un théâtre d’ombres et de cauchemar, puis de la disparition de sa fille le début d’une longue nuit.
– faire mijoter une galerie de personnages secondaires, tous potentiellement impliqués, et saupoudrer d’une pincée de paranoïa.
– y ajouter une succession de coups de théâtre aussi subtile qu’implacable, bien loin des tartines de rebondissements des page turner.
– mariner le tout, sans violence ou sexualité outrancière mais avec ce sens de l’intrigue qui laisse le lecteur dans le brouillard le plus complet jusqu’aux dernières pages.
– n’oubliez pas la délicieuse touche psychanalytique (ces images de mer, mère, noyade…) qui enrichira le déjà redoutable fumet de l’ensemble.
Secouez, vous obtiendrez alors un de ces pièges qui se referment dès les premières pages et se consomme EXCLUSIVEMENT sans modération.

STANISLAS RIGOT, Librairie Lamartine, Paris

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@