Chronique Point Oméga de Don DeLillo

  • Don DeLillo
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marianne Véron
  • Babel
  • 02/10/2013
  • 144 p., 6.70 €

Avec Point Oméga, Don DeLillo poursuit sa réflexion sur le temps, empruntant au théologien et philosophe jésuite, Teilhard de Chardin – chantre d’une forme de conscience collective –, son point oméga, théorie d’un point de convergence de l’évolution vers une unité finale. Seulement, entre les mains de Don DeLillo, cette pensée se fait beaucoup moins mystique et, jour après jour, alors que les personnages semblent perdre de vue les raisons de leur présence dans le désert, elle engloutira chacun d’eux. Présenter Don DeLillo revient à s’attaquer à la face nord de l’histoire de la littérature américaine ! Disons, pour faire court, qu’il est l’un des plus grands écrivains du xxe siècle. Voilà un visionnaire qui, avec Joueurs en 1977, annonçait le 11 septembre, et avec Cosmopolis en 2001, annonçait la crise ; un styliste incomparable, dont le godzillesque Outremonde est considéré comme le Ulysse américain. Point Oméga est la démonstration qu’à 74 ans, il reste d’une effroyable lucidité sur l’état du monde.

Stanislas Rigot Librairie Lamartine (Paris 16e)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@