Chronique Treize jours de Roxane Gay

  • Roxane Gay
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Santiago Artozqui
  • Coll. «La brune»
  • Points
  • 21/03/2019
  • 432 p., 8.20 €

Ce livre est une plaie encore à vif, un texte violent et cru qui n’épargne pas plus son héroïne que ses lecteurs, mais qui réussit cet incroyable tour de force de ne jamais sacrifier l’humanité de ses personnages, l’acuité de son analyse psychologique au profit d’un voyeurisme malsain ou d’une démonstration gratuite. Mireille, fille d’un richissime homme d’affaires haïtien, vient passer les vacances chez ses parents à Port-au-Prince avec son mari et son petit garçon (ils vivent aux États Unis). Un jour, alors qu’ils partent à la plage, Mireille est enlevée. Une demande de rançon est aussitôt envoyée. Le père refuse de payer, arguant que s’il paye celle-ci, l’ensemble des membres de sa famille deviendront des cibles. Le calvaire de Mireille débute. Publié la même année que son retentissant essai Bad Feminist (Denoël et Points), Treize jours révèle le talent de romancière de Roxane Gay : des personnages remarquablement traités, une histoire aux nombreuses surprises parfaitement construite, la richesse des thèmes abordés, un style radical. Un choc, un vrai.

Stanislas Rigot Librairie Lamartine (Paris 16e)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@