Chronique L’Ordinateur du Paradis de Benoît Duteurtre

Une salle d’attente, aussi sinistre que peut l’être ce genre d’endroit, posters et plantes comprises. Dans les mains, vous avez un ticket avec un numéro. Le sésame d’accès à l’un des guichets alignés au fond de la pièce. Sur le mur, un compteur électronique tout-puissant. Autour de vous, des gens attendent, guettant leur tour. Vous pourriez être dans votre mairie, à la Sécurité sociale ou à Pôle emploi. Mais, en fait, vous êtes au Ciel, dans une zone de tri où vous allez devoir montrer que vous avez mérité votre aller simple pour le Paradis, les places étant chères. C’est ainsi que débute la douloureuse prise de conscience de Simon, mort il y a une poignée de secondes… mais sans doute pas au bout de ses peines. De ce point de départ détonnant, Benoît Duteurtre tire un roman à la fois drôle et corrosif sur notre société, toujours plus à la merci d’une bienséance maladive, noyée dans sa propre instantanéité et le traitement sans recul d’informations non vérifiées, qui peuvent dévaster une vie en quelques minutes. Une société où l’économie va jusqu’à gangrener le Paradis.

 

Stanislas Rigot Librairie Lamartine (Paris 16e)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@