Chronique Le Train d'Erlingen de Boualem Sansal

Ute Von Ebert est une vieille dame, héritière d'un immense empire. Elle vit à Erlinghen, bourg allemand propret et prospère. Cette femme de caractère écrit régulièrement à sa fille Hannah, partie s'installer à Londres, des lettres dans lesquelles elle raconte les terribles événements qui secouent sa ville natale, sur le point d'être évacuée, la population attendant un train qui n'arrive pas. Quelle est la nature de terrifiante menace ? Cet explosif canevas de départ convoque Kafka dès les premières pages et se double de notes pour un roman qu'écrit Ute, livre dans lequel elle veut raconter la saga de sa famille. Richesse du récit, force des rebondissements, Le Train d'Erlingen, est mené pied au plancher par un Boualem Sansal qui surprend une fois encore en portant sur notre société un regard à l'acuité corrosive. Il ancre ce nouveau signal d'alerte dans la meilleure des littératures, de celle qui convoque l'imaginaire pour mettre à nu la réalité.

Stanislas Rigot Librairie Lamartine (Paris)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@