Chronique Indignation de Philip Roth

  • Philip Roth
  • Traduit de l'anglais (États-Unis) par Marie-Claire Pasquier
  • Coll. «Coll. « Folio »»
  • Gallimard
  • 29/09/2020
  • 6 p., 95 €

Alors que la guerre de Corée éclate au loin, Marcus Messmer entre en première année de faculté et découvre que la vie n’est pas qu’une question de travail et de conviction.

Nous sommes en 1950 et Marcus Messmer a toute la vie devant lui. Fils unique, aimé de ses parents, les aimant en retour, sérieux et travailleur, assistant son père à la boutique de celui-ci dès que le besoin s’en fait sentir (son père tient une boucherie casher), y apprenant d’ailleurs avec lui les rudiments du métier, il vient de s’inscrire à l’université : la fierté est grande pour tous, il est le premier membre de sa famille à accéder aux études supérieures. Habitant chez ses parents, il s’est inscrit à Robert Treat, collège universitaire de sa ville natale, Newark, dans le New Jersey. Le tableau que Philip Roth dresse en quelques pages d’une exemplaire concision est idyllique. Il ne va malheureusement pas le rester. En effet, dès la rentrée, le père du personnage prend peur, une peur irrationnelle qui va contaminer la petite cellule familiale et très rapidement en détruire la cohésion. Las des affrontements qui l’opposent à son père, Marcus abandonne sa famille et Newark pour la ville de Winesburg et sa faculté de lettres, mettant 800 kilomètres de distance entre lui et un paternel devenu insupportable, espérant enfin pouvoir étudier au calme. Ce n’est toutefois que le début des mauvaises surprises.

Par Stanislas Rigot, Librairie Lamartine, Paris 16e

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@