Chronique Napoléon de Jean-Marie Rouart

Napoléon est la face Nord du roman historique français, un sujet à la réputation difficile, un sujet qui, fidèle à cette réputation, est la cause de nombreux désastres et autres navets. Téméraire, Jean-Marie Rouart s’y attaque pourtant. Et celui-ci de triompher dès les premiers chapitres des obstacles inhérents à son sujet, en nous offrant une savoureuse variation sur le mari, le général, le Consul et l’Empereur, un homme aux multiples facettes souvent méconnues. Le livre débute en septembre 1786, date du retour en Corse d’un Bonaparte en congés de son régiment d’artillerie basé à Valence, plus de sept années après son départ de l’île pour le collège d’Autun. Il a 17 ans. Étonnamment, le volume s’achève en décembre 1969 en Champagne (laissons le mystère sur le choix de cette dernière date). À partir de ce retour malheureux, nous assistons à la transformation de Bonaparte en Napoléon 1er, puis à sa chute, dans un récit nerveux, à l’habile structure elliptique.

Stanislas Rigot Librairie Lamartine (Paris 16e)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@