Chronique Tout est possible de Elizabeth Strout

  • Elizabeth Strout
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre Brévignon
  • Coll. «NULL»
  • Fayard
  • 17/10/2018
  • 330 p., 19 €
NULL

Si vous êtes lecteurs d’Elizabeth Strout, le nom de Lucy Barton ne vous est pas inconnu. Et si vous n’avez pas lu Je m’appelle Lucy Barton (Fayard), vous allez découvrir le trouble qu’elle a semé dans la petite ville d’Amgash dans l’Illinois. Originaire de cette ville, où tout le monde se connaît, s’est vu grandir, se marier, divorcer parfois, Lucy Barton est partie pour New York dix-sept ans auparavant poursuivre son rêve de devenir écrivain. Le résultat, un livre, exposé dans la vitrine de la librairie. Un récit, précise la libraire. Une véritable petite bombe à retardement. Il y a ceux qui l’ont lu et ceux qui devinent ce qu’il contient. Car comme dans toutes les petites villes, les secrets ne le restent pas très longtemps : il suffit d’un peu de talent et de distance pour que des choses intimes soient dévoilées. L’occasion pour chacun de revenir sur ses propres souvenirs, aussi douloureux soient-ils, questionner ses rapports aux autres, s’interroger sur ses choix. Un roman polyphonique à la fois tendre et cruel où tout est possible, comme dans les livres… ou la vie !

Aurélie Janssens Librairie Page et Plume (Limoges)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@