Chronique La Voie blanche de Edmund de Waal

  • Edmund de Waal
  • Traduit de l'anglais par Josée Kamoun
  • Coll. «Coll. « Littératures »»
  • Autrement
  • 08/03/2017
  • 528 p., 24 €
NULL

Si l’on connaît mieux la route de la Soie, il fut une autre matière qui suscita envies et tractations : la porcelaine. Edmund de Waal nous emmène sur les routes de cette « voie blanche ».

Qui de mieux qu’un écrivain potier pour raconter l’histoire de la matière qui sous ses doigts devient dentelle blanche, fine, transparente, aérienne ? Car s’il est aussi écrivain, Edmund de Waal préfère mettre en avant son activité de céramiste lorsqu’on lui demande de se présenter. Lorsqu’il se trouve devant une tasse en porcelaine, il voit bien plus qu’un simple objet, il voit des siècles de technique, des hommes derrière leurs tours de potier, d’autres à la recherche de l’argile parfaite, dans les collines blanches. Et tel un Indiana Jones poète, un artiste-aventurier, il nous emmène de la Chine ancienne à la France, en passant par la Saxe, les Pays-Bas, l’Angleterre, les Appalaches, tous ces lieux importants dans la conception, la fabrication et le commerce de la porcelaine. Car, au même titre que l’or, les épices ou encore la soie, cet « or blanc » fut convoité par les Occidentaux et l’objet de nombreuses tractations, d’enjeux économiques avec l’Orient. Une aventure hors normes qui traverse les siècles et les continents, riche de documents, de poésie, d’anecdotes, les sens en éveil. Un voyage inattendu, dépaysant et passionnant sur cette mystérieuse « voie blanche ».

Aurélie Janssens Librairie Page et plume (Limoges)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@