Chronique Grossir le ciel de Franck Bouysse

Un lieu-dit dans les Cévennes, un peu au milieu de nulle part, un peu perdu dans cette nature âpre et austère : les Doges. Deux fermes voisines de quelques arpents ont vu naître et vivre deux hommes façonnés par la vie paysanne, Gus et Abel. Ils se connaissent comme des amis, des frères, comme des hommes qui fréquentent peu de gens et qui connaissent par cœur les arbres qui les entourent, les champs qu’ils parcourent, les pierres qui jonchent leurs terres. Alors quand quelque chose cloche, Gus le sent tout de suite. Il a bien remarqué le comportement de plus en plus étrange d’Abel. Le vent tourne et c’est une tension croissante qui se pose comme les flocons de neige sur chaque aspérité du livre. Grossir le ciel est un roman inclassable, pas vraiment du polar, pas vraiment de la littérature dite « blanche », un peu entre les deux, un roman rural et noir. Et puis cette langue ! Franck Bouysse est un amoureux des mots justes, de ceux qui contiennent à la fois le sens et la poésie. Magnifique.

Aurélie Janssens Librairie Page et plume (Limoges)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@