Chronique La Peau dure de Fernanda Garcia Lao

« La Dernière Goutte aime le verbe, les mots, ce qui claque, ce qui fuse, ce qui gifle et qui griffe et qui mord ». C’est ainsi que se définit cette maison d’édition. Et voilà aussi comment il faut appréhender ce roman. N’ayez pas peur de vous laisser emporter par cette histoire originale, profonde et pleine de poésie. Violeta est une actrice qui traverse une mauvaise passe. Sa carrière ralentit, ses relations, qu’elles soient amoureuses, amicales ou professionnelles s’enlisent et prennent une tournure ennuyeuse. Même son fils, Damian, l’adolescent dans toute sa splendeur, lui adresse à peine la parole. Elle décide de mettre fin à la course aux castings pour des figurations médiocres dans des films ou des pièces obscures, lorsqu’un événement vient bousculer sa vie. Suite à un accident dans la boutique de vêtements où elle est désormais obligée de travailler elle doit être amputée d’une main puis greffée d’une « autre » main. Surnommée « Compatible », elle prend peu à peu possession du reste du corps, des pensées, des rêves de Violeta. Avec beaucoup d’humour et une plume qui « claque », Fernanda Garcia Lao nous transporte dans son monde étrange, loin au fond de nous, faire la connaissance de cet Autre, cet étranger.

 

AURÉLIE JANSSENS, Librairie Page et Plume, Limoges

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@