Chronique The Kid de Sapphire

  • Sapphire
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Madeleine Nasalik
  • L’Olivier
  • 25/09/2020
  • 464 p., 23.50 €

The Kid est l’enfant de Precious, l’héroïne du précédent roman de Sapphire (Points) et du film oscarisé tiré de cet ouvrage. Passage de témoin dans un monde sombre et violent. Sans espoir ?

Abdul Jamal Jones a 9 ans lorsque Precious rend son dernier souffle sur un lit d’hôpital, victime du Sida et d’une courte vie que les pires souffrances n’auront pas épargnée. N’ayant aucune famille pour le prendre en charge, il est remis aux services sociaux qui l’accompagnent au foyer de Miss Lillie. Entouré d’autres enfants aux parcours similaires, il devient vite la cible des coups d’un autre orphelin. Il se rattache comme il peut à la voix de sa mère, toujours présente dans sa tête et ses rêves qui s’entremêlent parfois avec une réalité souvent insupportable, notamment lorsqu’il rejoint ensuite un orphelinat tenu par des prêtres catholiques. Ceux-ci ont tendance à confondre amour divin et physique, et à dispenser bonne parole et sévices sexuels indistinctement. Si le destin d’Abdul semble se dessiner aussi sombre que celui de sa mère (viols, drogue, violences physique et morale…), une porte de sortie s’entrouvre devant lui. Cette possibilité de rédemption se fait par la découverte de la danse. Le corps n’est plus alors un objet de souffrances, mais celui par lequel la musique vit pour devenir grâce et beauté. Oscillant entre langage cru et paragraphes poétiques, le deuxième roman de Sapphire est aussi beau, fort et violent que le précédent. Un peu moins désespéré peut-être.

Aurélie Janssens Librairie Page et Plume (Limoges)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@