Dossier Le Seigneur des anneaux, la trilogie de

Aurélie Janssens Librairie Page et Plume (Limoges)

« Un Anneau pour les dominer tous. Un Anneau pour les trouver, Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier Au pays de Mordor où s’étendent les Ombres. » Ces mots sont loin de vous être inconnus. Et pour cause, ils ouvrent la plus grande saga de « contes de fées pour adultes » du XXe siècle.

En 1937, J. R. R. Tolkien donne vie au Hobbit le plus célèbre de la littérature : Bilbo. Face au succès de cet ouvrage, son éditeur l’encourage à poursuivre ce qui deviendra la saga qui posera les bases de la fantasy moderne. Dix-sept ans plus tard, publiés en 1954 et 1955, ce sont trois épais volumes qui viennent poursuivre cette quête de l’Anneau : La Fraternité de l’Anneau, Les Deux Tours et Le Retour du roi. Devenue une sorte de Bible pour des millions de lecteurs à travers le monde, cette œuvre magistrale, inspirée de divers mythologies et folklores, a connu un regain avec son adaptation cinématographique entre 2001 et 2003 par le réalisateur néo-zélandais Peter Jackson. Malgré cet engouement, la version dans laquelle les lecteurs français découvrent cette œuvre date de 1972 et elle nécessitait une nouvelle traduction qui corresponde mieux à la version originale et qui prenne en compte les éléments parus depuis dans les textes, exégèses, et autres analyses du roman. Comme pour Le Hobbit en 2012, c’est à Daniel Lauzon qu’a été confiée cette délicate mission. En s’appuyant sur les éléments linguistiques mis à disposition depuis la mort de Tolkien par son fils Christopher Tolkien, il a su proposer un travail de traduction « plus près de l’anglais et des variations de styles et de registres, aussi bien dans la narration que dans les dialogues », selon Vincent Ferré, responsable de l’édition des œuvres de Tolkien. C’est ainsi que les deux premiers volumes, parus en 2014 et 2015, reçurent un accueil critique très favorable et obtinrent même le prix spécial du jury des Imaginales au festival d’Épinal en 2015. Elle devint dès lors la traduction de référence. Il ne manquait que ce troisième volume, Le Retour du roi, pour voir Frodo poursuivre et terminer sa quête accompagné de ses désormais célèbres amis, Gandalf, Aragorn, Gimli, Legolas, Merry, Pippin et Sam. Chaque volume est en outre illustré par Alan Lee, dessinateur anglais passionné par l’œuvre de Tolkien, au point de devenir le directeur artistique des deux trilogies de Peter Jackson, Le Seigneur des anneaux et Le Hobbit, mais aussi de cartes pour vous retrouver dans cet univers foisonnant. Si, inspirés vous-même par cet univers, et possédant quelque ambition artistique, vous souhaitez prolonger le plaisir, sachez que les éditions Christian Bourgois proposent un livre de coloriage. Conçu comme un véritable roman à colorier, il alterne dialogues issus des films de Peter Jackson et grandes planches détaillées. Un projet cohérent avec l’ambition initiale de Tolkien : permettre aux adultes de continuer à lire des contes de fées, leurs contes de fées. Plus d’excuses désormais, les conditions sont optimales pour mettre une cape, chausser ses plus beaux souliers, mettre quelques rations de hobbit dans un sac, et accompagner Frodo jusqu’au Mordor.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@