Chronique Été rouge de Daniel Quirós

  • Daniel Quirós
  • Traduit de l’espagnol (Costa Rica) par Roland Faye
  • Coll. «Coll. « L’Aube noire »»
  • L’Aube
  • 07/11/2014
  • 176 p., 16.90 €

Sarah GASTEL (Terre des livres - 69007 Lyon)

Embarquement immédiat vers une contrée de poussière et de chaleur, chargée de terre et de sel, avec un polar venu tout droit du Costa Rica. Dans un village de pêcheurs baptisé Paradis où vivent à peine 300 âmes, est découvert sur la plage le cadavre d’une femme, vraisemblablement exécutée, surnommée l’Argentine. Devant l’inertie de la police locale, Don Chepe, qui s’est enterré près de la mer pour oublier ce qu’a été sa vie et qui carbure au café-whisky, décide de mener l’enquête, bien déterminé à retrouver l’assassin de son amie. S’ouvre alors un jeu de piste palpitant à travers le pays et son histoire. Ce premier roman offre une immersion dans un « Éden » mal connu en proie avec les fantômes de son passé, en particulier sa supposée neutralité dans la guerre civile qui, au Nicaragua voisin, opposa sandinistes et contre-révolutionnaires armés par la CIA, au début des années 1980. Daniel Quiros est assurément un auteur prometteur et son « détective de fortune » est le genre de personnage auquel on ne peut que s’attacher. Cerise sur le gâteau : ce thriller politique haut en couleur inaugure le début d’une série autour de Don Chepe. Vivement la suite !

 

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@