Chronique Le Club des miracles relatifs de Nancy Huston

À OverNorth, « pays le plus gentil, le plus poli, le plus civilisé et le plus riche per capita de la planète », Varian est infirmier sur un site d’extraction pétrolière, terres de désolation où convergent des masses de chômeurs. Sept ans après avoir rejoint cette machine infernale, il est arrêté et interné dans une institution appelée BigMax. Varian s’était en réalité aventuré dans la région pour y retrouver son père, marin pêcheur évaporé et sacrifié. Ainsi commence ce curieux roman qui repousse les frontières de l’imaginaire et met en scène une société impensable, très proche de la nôtre : extrême solitude des êtres, exclusion et indifférence, travail à la chaîne, injonctions de faire toujours mieux et davantage : « Sois ! Choisis ta vie ! Ose ou meurs ! Sois unique ! Gagne plus, sois plus ! ». Avec Le Club des miracles relatifs, Nancy Huston livre une fable subtile et grave sur le chaos de l’hyper-industrialisation, son essence totalitaire et ses ravages meurtriers.

Sarah Gastel Librairie Terre des livres (Lyon)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@