Chronique Le Dernier Quartier de lune de CHI Zijian

Après l’intimiste et enchanteur Bonsoir, la rose (Philippe Picquier, 2015), qui croquait la ville d’Harbin du siècle dernier, refuge des Juifs exilés, Chi Zijian revient avec une grande fresque mettant en mots la disparition du peuple évenk, au nord-est de la Chine. Et c’est à travers la voix d’une vielle femme, épouse du dernier chef de clan arrivée au terme d’une longue vie, que nous est contée dans un dernier souffle la vie de ces nomades. Une existence ponctuée par le rythme de la nature, des migrations de troupeaux de rennes et des croyances animistes. Mais un monde progressivement assailli par la sédentarisation à marche forcée et les soubresauts de l’Histoire, avec l’occupation japonaise, puis russe, et la Révolution culturelle. Couronné par le plus grand prix littéraire chinois, Le Dernier Quartier de lune, peuplé d’êtres oniriques et de phénomènes étranges, célèbre dans un dernier éclat de poésie la fin d’un monde. Il confirme aussi la voix si singulière de l’auteure chinoise. Un enchantement !

Sarah Gastel Librairie Terre des Livres (Lyon)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@