Chronique Mécaniques du fouet de Christophe Dabitch

Sainte Eugénie, religieuse et maîtresse du fouet. Après Justine ou Juliette, on pourrait imaginer une nouvelle héroïne sadienne. Sauf qu’Eugénie Guillou est bien réelle. Née en 1861, elle devient spécialiste de la fessée et maquerelle dans le Paris de la Belle Époque, après avoir sacrifié sa vie à la prière. De cette matière romanesque éclot un récit intelligent, dérangeant et sensuel qui esquisse les différentes facettes d’une femme qui n’a de cesse de multiplier les identités, les récits et les mises en scène de soi, et qui se bat avec les armes dont elle dispose : son corps, sa parole et son indépendance. Il dévoile aussi le théâtre des désirs et des chairs où tombent les masques sociaux, mené de main de maître par Eugénie, et sublimé par le dessin de Jorge González, dont les tonalités chaudes et les silhouettes nébuleuses ne sont pas sans rappeler l’univers de l’expressionnisme viennois.

Sarah Gastel Librairie Terre des livres (Lyon)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@