Chronique L’Ombre des chats de Arni Thorarinsson

  • Arni Thorarinsson
  • Traduit de l’islandais par Eric Boury
  • Coll. «Coll. « Bibliothèque nordique »»
  • Métailié
  • 09/10/2014
  • 300 p., 20 €

Sarah Gastel Librairie Terre des Livres (Lyon)

Cinquième opus des aventures du journaliste et enquêteur Einar, L’Ombre des chats, polar plein d’ironie mené tambour battant, nous invite à plonger sous la surface des choses.

Le cynique et attachant Einar est de retour ! Travaillant toujours au Journal du soir, il se retrouve confronté à une série de mystères. Entre une ex-petite amie sous le coup d’un mandat d’arrêt international, des SMS licencieux et truffés de fautes d’orthographe qui lui sont adressés, sa fille qui marche sur ses pas, l’attaque sauvage d’un homme à la bouteille près d’un bar, le jeu trouble de politiciens qui pèse sur l’avenir de son journal et le suicide assisté par ordinateur d’une jeune femme dont il a fait la connaissance quelques jours plus tôt, notre journaliste ne sait plus où donner de la tête ! Aidé de son amie Sigurbjörg et du commissaire Jonas Palsson de la police de Reykjavík, avec qui il s’entend comme chien et chat, Einar va démêler progressivement les fils d’une intrigue sociale qui ne manque pas de mordant. Tout en faisant un état des lieux désabusé de la société islandaise qu’il sent se déliter, Arni Thorarinsson s’attaque aussi à nos sociétés globalisées, où technologies de l’information, réseaux sociaux et médias participent à la surveillance et à la désinformation des citoyens. L’Ombre des chats est un thriller désenchanté et intelligent, qui nous incite à nous méfier des faux-semblants.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@