Littérature étrangère

Zadie Smith

Swing Time

  • Zadie Smith
    Traduit de l’anglais par Emmanuelle Aronson et Philippe Aronson
    Coll. «Du monde entier»
    Gallimard
    16/08/2018
    500 p., 23.50 €
  • Chronique de Sarah Gastel
    Librairie Terre des livres (Lyon)
  • Lu & conseillé par
    12 libraire(s)
NULL
illustration

Chronique de Sarah Gastel

Librairie Terre des livres (Lyon)

Célèbre comédie musicale avec Fred Astaire et Ginger Rogers, Swing Time est aussi le cinquième roman de Zadie Smith, belle variation sur le passage à l’âge adulte, sur fond de danse, de désillusion et de multiculturalisme. L’histoire de deux jeunes filles métisses, complices et rivales, dans les années 1980.

Depuis Sourires de loup (Gallimard, 2001), brillante fresque familiale plongeant dans l’Angleterre des déracinés et qui l’a fait connaître, Zadie Smith n’a eu de cesse de se réinventer au travers de fictions engagées et ironiques qui sondent l’identité, le métissage et le genre. Auteure d’une œuvre virevoltante et gouailleuse aux prises avec des problématiques contemporaines essentielles, elle revient avec un roman d’apprentissage généreux qui raconte le parcours croisé de deux fillettes qui se lient d’amitié dans un quartier populaire de Londres. Inséparables, elles se rêvent danseuses et visionnent inlassablement sur leur magnétoscope les pas virtuoses d’artistes célèbres. Rires, complicité et premières révoltes les unissent malgré leur différence d’éducation. Tandis que la narratrice grandit auprès de parents bienveillants, dont une mère autodidacte à la conscience révolutionnaire, Tracey, la plus exubérante, s’épanouit sans père, au son des voix du téléviseur. Les années passent doucement. L’une intègre une école de danse et voit sa carrière décoller, l’autre poursuit une scolarité classique et devient l’assistante d’une chanteuse mondialement célèbre. Les aléas de la vie les éloigneront l’une de l’autre par intermittence. C’est donc deux destins qui s’entrecroisent au fil des années et des événements, que la romancière nous raconte, dans une alternance d’époques, sur un quart de siècle, en s’engouffrant dans les pensées de ses personnages. Et c’est la grande force de Swing Time : nous ressentons pleinement l’histoire des deux héroïnes à travers la retranscription de leurs espoirs, de leurs désillusions et de leurs interrogations. Comment devenons-nous ce que nous sommes ? Comment se construire quand toutes les existences n’ont pas le même poids au regard de la société ? Quand on a le sentiment d’être une ombre ? Voilà ce à quoi tente de répondre le roman qui mène une réflexion galvanisante sur la quête d’identité, les origines, l’acculturation, le racisme et la célébrité. Mais aussi sur la difficulté d’être une femme et de tenir en équilibre entre deux racines, de ne pas s’attacher « à l’éclat d’autrui » et de produire sa « propre lumière ». Au fond, Zadie Smith parle de la réalité de notre monde mobile et métissé, ainsi que des différents mécanismes de domination. Elle nous emporte dans une grande aventure humaine rythmée, drôle et émouvante. Lecteurs, dansons, aimons et révoltons-nous en suivant la mesure de ce pas de deux mémorable !

Les autres chroniques du libraire