Chronique Rue des pâquerettes de Mehdi Charef

Sarah Gastel Librairie Terre des livres (Lyon)

De Medhi Charef, il y avait le magnifique et attendrissant Le Thé au harem d'Archi Ahmed, publié en 1983, année de la Marche pour l’égalité et contre le racisme. À son tour, Rue des pâquerettes écrit une page indispensable de notre histoire coloniale et post-coloniale dans laquelle le romancier et cinéaste revient sur son arrivée en France en 1962. À travers une langue imagée et cinématographique, pleine de tendresse, il raconte la vie dans un baraquement de fortune, sans eau ni électricité. Le dénuement total, la boue et les rats. Le racisme ordinaire d’une France mais aussi sa rage d'enfant des bidonvilles et son avidité pour la lecture. Et toujours l’Algérie en ligne de fuite. Témoignage autobiographique poignant sur la première génération d’immigrés algériens, ce premier volet d’une trilogie est le récit inoubliable d’une enfance à l’ombre de l’exil. Une jeunesse assiégée de personnages inoubliables qui éclairent une vie quotidienne laborieuse.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@