Chronique Chaîne de Saïdou Bokoum

NULL

À peine le temps de dévorer la première page que nous voilà pieds et poings liés à ce texte-tonnerre, modelé par le bitume, le soufre et la rage, qui suit les errances de Kanaan, étudiant en droit africain, dans les étrangetés de la vie parisienne. Ici, l’exil enduré, la solitude dévorante, les hontes minuscules, la colère sourde, l’amour sans fard, le sexe sans retenue et l’exclusion implacable – tout ce qui travaille en creux l’individu – se télescopent pour dire l’odyssée d’une reconstruction, d’une quête d’identité individuelle. « Eh bien, moi, je ne suis pas un Noir. Moi, c’est moi, Kanaan Niane, fils d’Ousmane Niane et de Coumba Tall ! » Mêlant la complainte des juke-box aux harangues des prostituées, Chaîne combine, dans une folle langue éruptive, une chronique sociale unique – celle des immigrés africains dans la France des années 1970. Une fable ingénieuse sur les origines et un objet littéraire sans précédents.

Sarah Gastel Librairie Terre des livres (Lyon)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@