Littérature étrangère

Ann Petry

La Rue

Chronique de Sarah Gastel

Librairie Terre des livres (Lyon)

« Dans chaque ville, il existait une ligne de démarcation entre les Blancs et les Noirs. » Avec La Rue, Ann Petry esquisse les contours du Harlem des années 1940, principal foyer afro-américain à New York. C’est dans l’enfer sordide de la 116e rue, où la promiscuité et la brutalité règnent en maître, que débarque Lutie Johnson, jeune femme noire célibataire, et son fils Bub, à la recherche d’une meilleure existence. Sauf qu’il n’est pas chose aisée de s’élever au-dessus de sa condition au milieu de la violence et de la misère. Les aspirations se transforment en cruelles désillusions, le moindre combat est voué inexorablement à l’échec. Explosif, La Rue questionne et ébranle. Vendu à plus d’un million d’exemplaires lors de sa parution aux États-Unis en 1946, cette chronique sociale, historiquement datée et portée par un réalisme brut, est aussi une grande histoire universelle, les luttes de Lutie étant identiques à celles auxquelles nous sommes encore parfois confrontés aujourd’hui.

  • Ann Petry
    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Martine Monod, Nicole Soupault, Philippe Soupault
    Coll. «Coll. « Belfond vintage »»
    Belfond
    18/05/2017
    376 p., 18 €
  • Chronique de Sarah Gastel
    Librairie Terre des livres (Lyon)
  • Lu & conseillé par
    libraire(s)
NULL
illustration

Les autres chroniques du libraire