Chronique Rendez-vous dans le noir de Otsuichi

  • Otsuichi
  • Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako
  • Coll. «Coll. « Picquier poche »»
  • Éditions Picquier
  • 30/09/2020
  • 208 p., 8.50 €

Michiru est une jeune femme non-voyante qui vit seule. Continuellement plongée dans le noir, elle passe des journées entières couchée sur un tatami devant un poêle. Les heures s’égrènent immuablement au rythme du vacarme du train express, jusqu’au jour où elle apprend qu’un meurtre vient d’avoir lieu tout près de chez elle, à la gare voisine. Peu de temps après, Michiru se rend progressivement compte qu’un intrus se cache chez elle, attentif à ne pas faire le moindre bruit... Le suspect se serait-il tapi chez elle? Avec Rendez-vous dans le noir, Otsuichi livre un roman policier psychologique sans hémoglobine ni effets dramatiques, où le silence et la tension permanente créent une atmosphère magnétique. De cet huis clos diablement maîtrisé entre une personne qui ne voit pas et une personne qui ne parle pas, toutes deux solitaires et coupées de la société, affleure une approche sensible de la solitude, du repli sur soi et de l’ouverture aux autres. Une belle surprise que ce polar épuré et touchant.

Sarah Gastel Librairie Terre des livres (Lyon)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@