Littérature française

Arnaud de la Grange

Le Huitième Soir

photo libraire

Chronique de Béatrice Putégnat

()

Béatrice, éliane, Huguette… Les collines qui entourent Dien Bien Phu tombent les unes après les autres aux mains du général Giap. Dans l’enfer de cette guerre qui se déroule loin de la métropole, un jeune officier raconte les sept derniers jours de combat. Avec une écriture serrée, poétique, Arnaud de La Grange livre une réflexion existentielle et poignante sur la condition humaine. Face à la violence, le jeune narrateur se souvient de sa courte existence dans ses notes griffonnées entre deux combats. Des moments heureux, des accidents, des femmes aimées, désirées. Pourquoi s’est-il engagé ? Par ennui peut-être, pour connaître une certaine intensité de vie, de camaraderie. Aux côtés de Blagnac, Kader et les autres, il vit les derniers soubresauts d’une guerre qui les sacrifie. Entre l’héroïsme de ces anonymes et la fraternité quotidienne, en l’espace de huit jours, il plonge au cœur de sa part d’ombre et au cœur des ténèbres de la guerre.

NULL
illustration

Les autres chroniques du libraire