Chronique Flaubert de Marie-Hélène Lafon

Béatrice Putégnat Librairie Les Cyclades (Saint-Cloud)

Des « ruminations » ! Avec son talent pour glaner le mot juste, Marie-Hélène Lafon clame son admiration pour Flaubert. Une admiration, un amour, une rage même. « En manger par cœur. En asséner. En dévider. Être nourrie de, être adossée à… » Éléments biographiques, correspondances (notamment les lettres à sa mère qui révèlent un fils attentionné et aimant), extraits de romans... Marie-Hélène Lafon ausculte un Flaubert tout à la fois fils, frère, ami, écrivain, amant. Elle le traque dans ses lettres, le débusque dans ses romans, imagine un Flaubert intime, un Flaubert magnifié mais un homme contraint par des événements familiaux tragiques : « il fait comme il peut. Il n’est que Gustave Flaubert ». Le texte d’ouverture, « Flaubert for ever », et l’anthologie personnelle concoctée par Marie-Hélène Lafon fonctionnent comme un miroir à sa propre œuvre nourrie, irriguée par les mots du « Bon Gustave ». Dans sa généalogie d’écriture, deux pères, Flaubert et Pierre Michon. Un sillon de connivence, de reconnaissance, de sens.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@