Chronique Ángel Gitano de Ruven Afanador

Béatrice Putégnat Librairie Pages après pages (Paris 17e)

Un noir et blanc éblouissant sous le soleil andalou ! Un noir et blanc révélant l’âme du flamenco, cette légendaire « couleur de la flamme ». Les « anges gitans » photographiés par Ruven Afanador déploient leurs ailes dans des postures de flamenco outrées, sensuelles, grotesques, burlesques. Musiciens et danseurs sont saisis dans des poses ou en pleine danse, nus, costumés ou grimés. Au-delà des figures traditionnelles et des clichés imposés, le photographe exprime sa vision toute personnelle de l’âme flamenca côté hommes. « Le beau est toujours bizarre », écrivait Baudelaire, alors laissez-vous séduire, envoûter, surprendre, amuser et peut-être même heurter par ces anges saisis comme en suspension dans l’espace et le temps. Montrant une Espagne à la fois mythique et fantasmée, Rufen Afanador joue avec une tradition populaire pour mieux la sublimer et la révéler. L’image est à la fois stylisée et exubérante, toujours prête à exploser. Un précédent travail de Ruven Afanador, Mil besos (Rizzoli), rendait hommages aux danseuses.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@