Chronique Un notaire peu ordinaire de Yves Ravey

Béatrice Putégnat Librairie Pages après Pages (Paris 17e)

Sans esbroufe stylistique, Yves Ravey tricote une véritable tragédie. Elle bouleversera le jeu social entre les nantis et les gens de peu, les liens entre une mère et ses enfants. Le narrateur fut le témoin d’un drame presque banal qu’il exhume de sa mémoire. Le fil est tendu, impeccable.

Un fait divers émerge d’un album de famille et sera le révélateur de toutes les hypocrisies sociales et morales. C’est l’histoire de Freddy qui a violé une petite fille. Aujourd’hui l’oncle Freddy sort de prison et Madame Rebernak tremble pour sa fille. Pas question de le recevoir, de le laisser approcher. Mais voilà, Freddy est libre d’aller où il veut, quand il veut et reçoit même des soutiens pour sa réinsertion. Madame Rebernak le voit partout. De là à imaginer qu’il suit sa fille. Violeur un jour… violeur toujours, lui souffle son instinct maternel. Madame Rebernak a peur. Elle surveille Freddy et couve sa fille comme du petit lait sur le feu, avec la maladresse et l’amour d’une mère un peu bourrue qui ne sait pas dire ses sentiments. Juchée sur son cyclomoteur, elle la suit. Clémence révise son bac, sort avec ses amis, parle à Freddy, sort avec Paul, le fils du notaire. Elle est jeune, insouciante. Le drame se noue peu à peu. Madame Rebernak se débat avec ses intuitions de mère, pressent qu’il va arriver quelque chose et prend conseil auprès de maître Montussaint qui l’a aidée et soutenue depuis la mort de son mari. Maître Montussaint est bon et a toujours joué de son influence pour lui trouver travail et soutien. D’un côté un violeur d’enfant, de l’autre un bon notable de province. Un fait divers se noue, une tension monte de page en page, au fil d’une écriture précise qui donne à voir et à sentir états d’âme et lieux bucoliques égayant la paisible région où se déroule l’histoire. Mais derrière les bons sentiments et les joies de la province, le mal est tapi, prêt à surgir. Maître Montussaint est très présent, peut-être trop. Paternaliste et charitable, il circule à bord d’un coupé sport et propose aux jeunes filles de l’accompagner. Jusqu’au jour où Clémence monte à bord… Yves Ravey décortique avec férocité les rapports sociaux entre bourgeois, notables et petites gens, les rapports de force et de pouvoir. Le frère de Clémence raconte ce qui est advenu et rend ce temps présent étouffant, on sent le drame monter, inéluctable. Peu à peu le doute s’installe : Freddy est-il le vrai coupable ? L’accident de chasse du père est-il un simple accident ? Que va-t-il advenir de Madame Rebernak, véritable héroïne de tragédie, et de Clémence après cette nuit décisive ? Le mal est fait, la fatalité est à l’œuvre. Simple, efficace, grinçant sans être caricatural, et surtout bourré d’émotions.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@