Littérature étrangère

Yasunari Kawabata

Première neige sur le mont Fuji

photo libraire

Chronique de Béatrice Putégnat

()

L’univers et la langue de Kawabata en six textes inédits. Comme une essence rare et précieuse échappée d’un flacon, ces nouvelles sont un effluve de son œuvre. Tout est dit des personnages, de leurs hésitations, de leurs sentiments. Rien n’est asséné. Hommes et femmes sont saisis à un moment de leur vie. Dans la fragilité de l’instant, tout peut basculer. Les mouvements des pensées et des corps, comme les sensations, suivent ceux de la nature. Plus qu’une toile de fond, le mont Fuji, les arbres, Kyoto, les paysages… révèlent les âmes. Dans ce Japon traditionnel, l’écriture de Kawabata, tout en délicatesse, creuse les failles de l’amour, du désir, de la vieillesse et de la mort qui approche. Les frontières du temps et de l’espace s’estompent. Les souvenirs d’enfance hantent le présent. L’âme bruisse avec le vent dans les arbres. Les morts côtoient les vivants. Le sentiment de perte est prégnant. L’odeur des jeunes filles est envoûtante. Kawabata nous charme d’une nostalgie crépusculaire et sensuelle.

NULL
illustration

Les autres chroniques du libraire