Chronique Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

AMÉLIE MULLER, Pigiste , Paris

« Le froid de l’hiver russe et la chaleur du poêle. », Sylvain Tesson nous les fait toucher du doigt dans le journal qu’il a tenu entre février et juillet 2010, au cours des six mois qu’il a passés dans une cabane de neuf mètres carrés, seul devant l’immensité du lac Baïkal. La température frise les moins 40°C, et il lui faut au minimum cinq heures de marche (les jours sans neige) pour aller boire un verre de vodka chez son voisin, le garde forestier russe. Sa seule compagnie, c’est une malle remplie de livres qu’il va pouvoir, enfin, lire « d’une traite » : des philosophes, des poètes, des écrivains voyageurs… Une expérience de vie éloignée de toute forme d’agitation moderne, histoire de retrouver la simplicité de la solitude et la conscience du moment présent. Réduit à son strict minimum, le besoin vital laisse toute sa place à la contemplation d’une nature rude, hostile, mais en même temps étrangement rassurante parce que débarrassée de tout artifice. Si la ville vous donne parfois le vertige, fermez les fenêtres et laissez Sylvain Tesson vous guider au cœur des étendues pures et silencieuses de l’hiver sibérien. 

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@