Chronique Pas de saison pour l’enfer de Kent Anderson

Linda Pommereul Librairie Doucet (Le Mans)

La guerre du Vietnam. On pouvait penser le sujet épuisé suite aux nombreux écrits qui ont évoqué l’horreur du drame. Des dizaines de romans, dont ceux de Caputo ou de Michael Herr, ont incarné les destins brisés des vétérans. Né en 1945, Kent Anderson est l’auteur du mythique Sympathy for the Devil (Folio, 1997). Sergent dans les forces spéciales, souvent en première ligne pendant les combats, il a été déchiré dans son corps comme dans son âme. À son retour, il intègre la police, sorte d’exutoire à cette violence qui le ronge. Dans ce recueil de textes qui reprend des chapitres inédits de romans, d’articles et de récits de voyages, il raconte comment la violence s’est insinuée dans son quotidien pour faire de lui ce qu’il est aujourd’hui. Dans un style sombre et incisif, il hurle ce mal-être qui le fait « crever dans l’ombre ». Surtout, Pas de saison pour l’enfer est un texte qui explore une Amérique raciste et lâche, prompte à laisser tomber ses héros, sourde à la violence et à l’absurdité du conflit vietnamien.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@