Chronique Dialogue sous les remparts de Oya Baydar

  • Oya Baydar
  • Traduit du turc par Valérie Gay-Aksoy
  • Coll. «NULL»
  • Phébus
  • 25/01/2018
  • 96 p., 15 €
NULL

Linda Pommereul Librairie Doucet (Le Mans)

La voix d’Oya Baydar, sombre et magnifique, se fait à nouveau entendre dans cette confession désenchantée mais emplie d’espoir malgré la violence d’un monde qui se nourrit de la peur de l’autre.

Oya Baydar, figure tutélaire de la littérature turque, ancienne militante communiste, fortement impliquée dans la cause kurde et dont l’engagement ne s’est pas érodé au fil des années malgré de nombreuses arrestations, revient avec un nouveau roman : Dialogue sous les remparts. Eté 2015, le conflit reprend à l’est de la Turquie, à majorité kurde. Les partisans du PKK affrontent les forces turques. Le quartier historique de Diyarbakir est détruit. Oya Baydar, dans ce récit, revisite les lieux, cette ville habitée par les fantômes du passé. Grâce aux dialogues avec une mystérieuse interlocutrice, elle met en lumière la complexité du drame kurde, comme un aboutissement tragique à l’histoire politique, souvent violente, de la Turquie des années 1970-1990. Une longue prière pour conjurer la violence, un témoignage contre ceux qui font couler le sang des innocents au nom de leurs idéologies et des fanatismes. Elle tente de comprendre pourquoi leur génération a échoué dans cette quête de paix. Un texte hanté par l’échec de l’action militante face à la souffrance des kurdes comme si malgré leur sincérité, leur action était vaine face au quotidien d’un peuple pour qui l’urgence est de survivre.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@