Chronique Joë de Guillaume de Fonclare

Linda Pommereul Librairie Doucet (Le Mans)

Guillaume de Fonclare souffre depuis des années d’une maladie dégénérative qui provoque des crises de paralysie. Son corps devient un carcan, alors que son esprit continue de voyager par les mots.

L’auteur s’intéresse ici à l’écrivain Joë Bousquet, poète, romancier et essayiste. Il se nourrit depuis longtemps de son œuvre et décide de lui rendre hommage en se rendant sur les lieux où il a vécu, afin de s’imprégner de son univers. Joë n’est pas à proprement parler une biographie, ou pas seulement. En progressant dans le livre, le lecteur éprouve le sentiment de se confronter à une sorte de leçon de vie. Car toute la démarche de Guillaume de Fonclare tend à essayer de comprendre comment cet homme, blessé en 1914 lors de la bataille de Vailly et qui restera cloué à son lit pendant plus de trente ans, a pu continuer à jouir suffisamment de l’existence pour construire une œuvre essentielle. Sous la forme d’un roman épistolaire, l’auteur engage avec Joë Bousquet une correspondance animée par cette foi inébranlable dans la vie, malgré un quotidien de contraintes et de souffrances. Dès lors, Joë Bousquet devient l’égal, l’alter ego de l’auteur, avec lequel il partage l’épreuve de l’immobilité. Voilà deux êtres ayant appris le renoncement et l’humilité pour continuer à vivre, malgré tout. Et heureux. Une poésie étrange se dégage de ces portraits croisés, intimement mêlés, où chaque phrase, chaque mot, dégagent une force salvatrice.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@