Chronique Oreiller d’herbe ou Le voyage poétique de

  • Traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu
  • Picquier Poche
  • 05/04/2018
  • 256 p., 10 €

Linda Pommereul Librairie Doucet (Le Mans)

Oreiller d’herbe est sans conteste le chef-d’œuvre de Sôseki, le plus grand écrivain de l’ère Meiji et l’auteur de Je suis un chat (Gallimard). Ce « roman-haïku » est une œuvre poétique dédiée à la contemplation. Un peintre se retire dans les montagnes pour s’isoler du monde et se soustraire au tumulte de la société. Il s’installe dans une auberge abandonnée depuis longtemps par les visiteurs. Seulement quelques habitués vont lui permettre de relancer sa réflexion, notamment une femme qui le fascine car elle est victime d’une malédiction, personnification du mythe d’Ophélie. Il va tenter de lui rendre hommage par l’art. Une nouvelle traduction mais surtout une trentaine de peintures issues d’une édition de 1926 sont reproduites ici. Délicates, les couleurs sont chatoyantes, elles donnent une autre dimension au texte de Sôseki. Ce texte inclassable représente une des réflexions majeures sur la place de l’art dans la société nippone.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@