Chronique Une fille bien de Holly Goddard Jones

  • Holly Goddard Jones
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Hélène Fournier
  • Coll. «Coll. « Terres d’Amérique »»
  • Albin Michel
  • 01/12/2020
  • 400 p., 22.50 €

Linda Pommereul Librairie Doucet (Le Mans)

Dans une prose élégante et sobre, Holly Goddard Jones dresse le portrait d’hommes et de femmes qui sont autant d’âmes brisées par la douleur de la perte d’êtres chers.

S’inscrivant dans la lignée de Tom Franklin ou de Stewart O’Nan, Holly Goddard Jones, jeune Américaine d’à peine 30 ans, explore le destin de ces gens ordinaires qui peuplent des villes insignifiantes et si petites qu’on se demande quel peut être leur intérêt pour un écrivain. Dans ce recueil de nouvelles d’une férocité et d’une cruauté rares, Holly Goddard Jones souffle sur des marionnettes désarticulées, abîmées par le chagrin, la solitude, l’exil ou la mort. Grâce à une écriture précise et un style incisif, elle met à nu le malaise latent au sein de chaque situation et révèle des personnages en équilibre instable qui tentent de négocier avec leurs failles. Les histoires ont pour cadre Roma, ville fictive du Kentucky, comme une référence à la tragédie romaine. Vous tomberez sous le charme de ces histoires sombres inscrites dans notre temps et écho d’une mythologie plus ancienne. Les récits de Holly Goddard Jones sont hantés par le deuil et la perte. Sans jamais verser dans le pathos ni l’impudeur, l’auteure sème le trouble et la confusion des sentiments.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@