Chronique Les Écailles d’or de Parker Bilal

  • Parker Bilal
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Gérard de Chergé
  • Coll. «NULL»
  • Seuil
  • 15/01/2015
  • 419 p., 22.50 €
NULL

Linda Pommereul Librairie Doucet (Le Mans)

Parker Bilal est le pseudonyme de Jamal Mahjoub. Il entame avec Les Écailles d’or une série de polars se déroulant au Caire et mettant en scène Makana, un détective privé soudanais en exil. Makana est un ancien inspecteur de la police soudanaise, intègre et attachant. Il est engagé par Saad Hanafi, un milliardaire cairote issu de la pègre, pour retrouver la star de son équipe de football qui a disparu. Makana se lance dans une enquête qui se révèlera aussi dangereuse que nauséabonde dans les bas-fonds du Caire, ville tentaculaire gangrenée par la corruption et les trafics en tout genre. L’auteur ne nous épargne rien des magouilles de la classe politique et de la mainmise des services secrets sur les médias pour permettre aux puissants de conserver leur pouvoir. Autre thème véhiculé par le roman, la montée d’un islamisme radical dont Makana a déjà fait les frais au Soudan. Il se souvient comment, sous couvert de défense de la foi, il a perdu sa famille et assisté à l’effondrement de son pays. Les Écailles d’or est un roman noir ingénieux et efficace.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@