Chronique La Solitude du docteur March de Geraldine Brooks

  • Geraldine Brooks
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Isabelle D. Philippe
  • Pocket
  • 01/09/2011
  • 380 p., 7 €

GEORGE EMMANUELLE, Librairie GWALARN, Lannion

Un roman historique captivant qui réinvente le destin du père absent des Quatre filles du docteur March. Le portrait d’un homme aux convictions ébranlées par la guerre.

Nouvelle-Angleterre, 1861. Abolitionniste convaincu, le docteur March quitte sa femme et leurs quatre filles pour soutenir la cause de l’Union. Il se retrouve aumônier dans une plantation du Connecticut où, jeune colporteur, il avait séjourné vingt ans plus tôt. Accueilli par les Clement, il était alors tombé sous le charme de Grace, une esclave belle et lettrée. Il avait dû fuir... À présent engagé auprès des Nordistes, le docteur March va voir ses idéaux et sa vertu ébranlés par les atrocités commises par son propre camp et par ceux qu’il retrouve dans la solitude des champs de coton… Blessé, il est rapatrié dans un hôpital de Washington mais c’est un homme brisé, hanté par tout ce qu’il a vu et vécu, que rejoint sa femme Marmee. La maladie, la culpabilité, le regret, et la désillusion totale assombrissent fortement la figure initiale de l’homme volontaire et idéaliste. Librement inspiré de l’histoire du père de Louisa May Alcott (auteur des Quatre filles du docteur March), le roman de Géraldine Brooks (qui fut correspondante de guerre pour la presse) repose sur un travail de documentation fouillé. Elle dresse le portrait magnifique d’un homme en perpétuel conflit avec lui-même.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@