Chronique Mes clandestines de Sylvie Gracia

Emmanuelle George Librairie Gwalarn (Lannion)

Les héroïnes clandestines du nouveau roman de Sylvia Gracia sont multiples : ce sont autant de femmes aimées et complices qui ont marqué la vie de la narratrice, dans des lieux ou des instants plus ou moins précis. Elles se nomment Tamina, Mathilde, Camille, Clémence, Annie, et, comme autant de doubles féminins passés et à venir, elles sont la mère, les sœurs, les amies, les rivales ou encore les modèles. Elles suscitent l’amour, la jalousie, la fascination, l’admiration, la compassion, l’envie. Elles sont femmes de corps et de cœur. Les décrire et écrire leurs vies, c’est aussi se décrire, écrire sur soi et se raconter. La magie du roman est puissante. On peut aussi y vivre des vies pour y oublier la sienne. Cependant, au jeu de l’oubli de soi et de la dissimulation, n’est-ce pas aussi l’occasion d’entrevoir autre chose et de surprendre l’inattendu ? Avec beaucoup de sensualité et d’intelligence, dans les différents chapitres qui se font ici écho, Sylvie Gracia décline cette question.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@