Chronique Dunbar et ses filles de Edward Saint-Aubyn

  • Edward Saint-Aubyn
  • Traduit de l’anglais par David Fauquemberg
  • Coll. «En lettres d’ancre»
  • Grasset
  • 27/03/2019
  • 288 p., 20 €
NULL

Emmanuelle George Librairie Gwalarn (Lannion)

Henry Dunbar, octogénaire richissime, vit mal sa retraite dans un foyer où on l’assomme de médicaments. À la tête d’un immense empire médiatique, il décide de s’enfuir de l’hospice où on l’a placé. En guise de compagnons de route, un ex-comédien alcoolique et loufoque, et quelques maladresses. En alerte, ses filles aînées, Megan et Abigail, veulent à tout prix le retrouver et obtenir leur héritage. C’est sans compter la détermination de Florence, leur demi-sœur, qui a des motivations bien plus nobles. Rebondissements drolatiques, dialogues acerbes, personnages aussi manipulateurs que lâches donnent à ce roman au rythme fougueux des allures de tragi-comédie. Le sous-titre du roman, Le Roi Lear revisité, ne doit pas dérouter. Le rapprocher de l’œuvre de Shakespeare, là n’est pas la question principale. Ici, au détour de courts chapitres, se savourent surtout une farce sociale et un drame familial servis par un vif humour anglais.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@