Chronique Les Affligés de Chris Womersley

  • Chris Womersley
  • Traduit de l'anglais (Australie) par Valérie Malfoy
  • Coll. «Coll. « Domaine étranger - Les Grandes Traductions»
  • Albin Michel
  • 27/10/2020
  • 260 p., 20 €

Emmanuelle George Librairie Gwalarn, Lannion

Extraordinairement fort et émouvant, Les Affligés est le premier roman traduit en français de l’Australien Chris Womersley. L’histoire d’un jeune soldat fracassé par les horreurs de la guerre et celles de son passé.

En 1909, en Australie, dans la petite ville de Flint, Quinn Walker n’a que seize ans lorsque son père le découvre auprès du cadavre de sa jeune sœur Sarah, tenant un couteau ensanglanté à la main. Ayant pris la fuite immédiatement, sans plus d’explications, le jeune homme disparaît, considéré par tous comme le meurtrier. En 1919, dix ans plus tard, Quinn Walker est de retour dans sa région natale. C’est à l’issue de la Grande Guerre, qu’il arpente à nouveau les terres de Flint. La bourgade désormais en quarantaine car ravagée, comme tout le pays, par une épidémie de grippe espagnole a des allures de ville fantôme. Dans son uniforme de soldat démobilisé, au bord de l’épuisement et presque défiguré, le jeune homme se terre aux alentours tel un animal traqué. Hanté par l’effroyable guerre à laquelle il vient de participer, il se laisse de plus en plus envahir par les souvenirs de son douloureux passé. Jusqu’à sa rencontre avec Sadie, une sauvageonne aussi mystérieuse et avertie qu’imprévisible et débrouillarde. Quinn est stupéfait : la gamine orpheline connaît son effroyable histoire personnelle et l’encourage à la vengeance.

Très sombre dans son évocation des horreurs de la guerre comme dans la maîtrise d’une intrigue meurtrière des plus abjectes, la tragédie de Chris Womersley est étourdissante. L’amour, les regrets, la vengeance, la rédemption y sont déclinés avec une finesse et une force à la fois salvatrices et dévastatrices. Ici, le mystère et le doute planent constamment. Là, les blessures des personnages demeurent et s’enracinent à mesure que l’espoir renaît. Entre l’apaisement et le malaise, c’est la suffocation qui l’emporte, telle une toux de soldat gazé ou celle d’une victime de l’épidémie. Pourtant, au milieu des ténèbres, de la violence et du drame, un espoir subsiste. La puissance romanesque reprend du souffle, notamment grâce au duo initialement inattendu et improbable que forment Quinn et Sadie. Deux désespérés qui illuminent cette histoire inoubliable et terrifiante !

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@