Entretien Dans l’ombre de la lumière de Claude Pujade-Renaud

Emmanuelle George Librairie Gwalarn (Lannion)

Dans l’ombre de la lumière est un titre magnifique pour un roman qui l’est tout autant. Avec érudition et sensibilité, Claude Pujade-Renaud réplique à l’histoire sanctifiée de saint Augustin en donnant la parole à celle qui fut sa compagne pendant des années, avant d’être abandonnée.

Augustin évoque une concubine répudiée dans Les Confessions, puis il se tait. À leur tour, les biographes du saint homme en feront peu mention. Mais la romancière brise le silence au sujet de cette femme et imagine celle qu’elle fut. Elle la prénomme Elissa (c’est le prénom phénicien de Didon, la reine de Carthage, grande figure de femme abandonnée) et lui donne la parole. Une parole qui sonne juste, une parole pleine d’humilité. Augustin fut son grand amour, son compagnon du quotidien, son amant, le père de son fils. Et puis il l’a abandonnée. Pour quelles raisons ? Comment a-t-elle vécu après sa répudiation ? Elle le raconte. Sa parole est troublante et touchante, sa voix est envoûtante. Surtout qu’à présent, plusieurs années après sa répudiation, elle apprend qu’Augustin, désormais évêque d’Hippone, vient prêcher à Carthage où elle vit. En secret, elle assiste au prêche. Mais dans ce roman, c’est bien elle la sensuelle oratrice et l’incontournable témoin d’une vie d’homme, d’une quête spirituelle et d’une époque. Son portrait d’Augustin est humain, vibrant, passionnel et passionné.

RETROUVEZ L'INTÉGRALITÉ DE CET ENTRETIEN EN PAGE 24 DU N° 158 DE VOTRE REVUE PAGE des libraires

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@