Chronique Mourir n’est pas de mise de David Hennebelle

40 ans que Grand Jacques a mis les voiles, parti aux Marquises pour cette « mer qui est un puits », cette « mort qui est un fruit », vivre un rêve, le dernier, loin de la vie urbaine, des photographes, des sollicitations, des bruits et de la foule, avec pour funeste compagnon son cancer au poumon. Les ouvrages seront pléthore pour cet « anniversaire » mortuaire mais ce Mourir n’est pas de mise, récit romancé des trois dernières années de la vie de Jacques Brel, sonne joliment, en évitant soigneusement les écueils habituels de l’hommage maladroit. David Hennebelle, musicologue averti, a trouvé cette petite musique littéraire pour parler de cet homme qui a choisi, avant le grand et définitif retrait, de s’exiler du monde et de se rendre là où il demeure inconnu. Au gré de courts chapitres, se dessine le portrait de cet homme qui a vécu trop vite tant de vies, soulevant tant de publics, un portrait d’un homme aux plaisirs simples, aux amitiés sincères et ancrées. « Gémir n’est pas de mise – Aux Marquises. »

Jean-Baptiste Hamelin Librairie Le Carnet à spirales (Charlieu)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@