Chronique La Huitième Vibration de Carlo Lucarelli

  • Carlo Lucarelli
  • Traduit de l'italien par Serge Quadruppani
  • Coll. «Coll. « Suites »»
  • Métailié
  • 13/10/2016
  • 416 p., 12 €

1896. Une unité de soldats italiens stationne en Érythrée, récemment colonisée par les Italiens. Cette unité, composée de Toscans, Sardes, Lombards et Vénitiens… est frappée par la chaleur, la moiteur de Massoua, ville fournaise. Le temps s’écoule lentement et est ressenti différemment selon les soldats. L’auteur compose une galerie de portraits qui dresse un tableau complet de ce bout du monde où la révolte gronde. Chaque personnage est primordial, du soldat-anarchiste au gradé drogué, du rêveur d’Afrique au rêveur d’exploits guerriers. L’Afrique sous « tutelle », celle qui se réveille peu à peu et a soif de liberté(s), est magnifiquement contée par Lucarelli. Les populations se jouent des colons, ces rois du monde abrutis par l’alcool, certains d’être les sauveurs d’une Afrique arriérée. La colère gronde, s’amplifie. Les armes s’affûtent. Les guerriers se mobilisent. Les « blancs » perdront cette première grande bataille face au peuple noir : la bataille d’Adoua. Ce livre est une merveille, simplement une merveille, que vous lirez – conseil de libraire – au frais, car la chaleur de Massoua vous envahira, vous épuisera.

Jean-Baptiste Hamelin Librairie Le Carnet à spirales (Charlieu)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@